Qu’est-ce que la démocratie pour le CRIC?

Définition étymologique : régime politique dans lequel les citoyens ont le pouvoir.

Le dernier alinéa de l’article 2 de la Constitution du 4 octobre 1958 prévoit que la République est fondée sur le principe démocratique ainsi énoncé le « gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple ». (Contrairement à la démocratie selon Macron qui se résume à « la possibilité de se présenter à des élections »).
  1. La démocratie dans les activités du CRIC

Objectif : travailler à une démocratie qui soit la plus directe possible. En préambule de toute décision il est à rappeler que l’objectif du CRIC doit être associé à un souci d’efficacité et pour ce faire, les points suivants sont essentiels :

  • La bienveillance est de mise quant à la qualité de l’écoute de la parole d’autrui. Chacun est en droit de vivre sa liberté d’être comme il est, comme il pense.
  • Si un cadre est indispensable, il s’agit aussi de faire preuve d’adaptabilité et d’une souplesse obligatoire en fonction d’un sujet exceptionnel ou d’une priorité.
  • Il faut se préserver du danger des égos: l’objectif du CRIC doit passer avant les égos individuels. Le but étant de mettre les compétences de chacun au service des objectifs du CRIC (sortir du mythe du sauveur : chacun dispose de compétences mais aussi de limites, voire de travers et il appartient au groupe de veiller aux objectifs dépassant les individus et d’être en vigilance quant aux prises de paroles ou aux mécanismes qui conduisent à des points de vue de type « pensée unique, il faut, on doit »).
  • Le respect des horaires : arriver à l’heure et se munir de ses outils de travail, limiter les réunions à 2 heures avec une pause au milieu.
  1. Les assemblées plénières du CRIC :

4 rôles en évolution :

  • Le gardien du temps qui s’assure qu’un sujet unique ne dévore pas le temps des autres sujets prévus à l’ordre du jour.
  • Le gardien du sujet qui s’assure qu’un sujet, aussi minime soit-il puisse être bouclé ou qu’une décision soit prise avant de passer à un autre sujet.
  • Le gardien de la parole qui organise les tours de paroles à l’intérieur du sujet ou du mini-sujet.
  • Les secrétaires : s’il pouvait y avoir deux secrétaires par séance, on s’assurerait davantage d’une exhaustivité sans pour autant avoir à croiser tous les regards (chronophage, compliqué).

Dans tous les cas, ces rôles doivent tourner de manière à ce que la charge de travail n’incombe pas toujours aux mêmes et que chacun s’exerce à cet exercice de gestion démocratique.

On ne sort pas d’une plénière sans avoir déterminé l’ordre du jour de la suivante qui s’amende forcément de questions diverses et de points pouvant s’ajouter au cours de la semaine.

Cette organisation se doit d’être souple en fonction du sujet qui peut être amené à déborder du temps imparti.

  1. Prise de décision au sein du laboratoire démocratique qu’est le CRIC

Lorsqu’une décision ne peut être prise de manière consensuelle : opter pour le vote à bulletin secret.

Lorsqu’une décision nécessite un temps de réflexion : la remettre à la fin de la réunion, voire la mettre à l’ordre du jour de l’assemblée suivante.

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire